Wikipedia, c'est génial !

Wikipedia est une ressource extraordinaire, un outil de culture qui nous fait aimer d’être entrés dans l’ère de la connaissance numérique (on peut en dire autant d’internet). Je veux en savoir plus sur les volcans, les insectes… Qu'est-ce qu'un 9K35Strela-10 ? (j’ai tiré cette page au hasard.).

Quand on ne connaît rien ou à peu près rien à un sujet, il est indéniable que Wikipedia est un outil formidable. Plus précisément, il me semble que Wikipedia est un outil formidable dans tous les cas où nous recherchons des informations à caractère désintéressé (informations d’ordre technique, «descriptives», «fonctionnelles», «neutres» (?), etc.1). Si nous recherchons des «informations» sur «le 11 septembre», sur Nicolas Sarkozy, sur le conflit israelo-palestinien, sur un GAFA, Wikipedia est-il toujours aussi formidable ?

Toi aussi, tu peux collaborer !

On a envie de croire que sa dimension collaborative fait la «force de vérité» de Wikipedia, en limitant l’introduction d’informations «fausses», peu crédibles, farfelues, etc. C'est sans doute vrai dans de nombreux cas. Pourtant, malgré son caractère extrêmement séduisant de prime abord, cette dimension collaborative reste minée par l’ambiguïté. N'importe qui, en effet, au moins a priori, peut rédiger un article ou y contribuer. Ainsi, techniquement parlant, n'importe qui peut changer la date de naissance de Poutine et en faire un enfant de huit ans. Vous pouvez essayer !

«Heureusement», ce n'est pas exactement comme ça que ça se passe (chez Wikipedia). D’autres contributeurs, jouant le rôle d’administrateurs, aidés par des robots, corrigeront votre farce sur Poutine plus ou moins rapidement. 2. J'ai mis «heureusement» entre guillemets, parce qu’après tout, je ne connais rien de ces administrateurs qui, le cas échéant, me corrigeront. Il vaudrait de se demander qui il sont, au juste, ces administrateurs, par quels moyens et auprès de quelles sources ils entreprendront de «vérifier» ma contribution, et surtout, en vertu de quels principes.

Ce sont les principes que je regarderai ici sans tarder. Ceux qui régissent les règles d’édition des articles.

Wikipedia, reflet de l’idéologie dominante

Il est clair que nous ne recherchons pas toujours des informations désintéressées, sur Wikipedia ou ailleurs. Nous recherchons aussi des informations sur le monde vibrant, le monde «chaud», sur ce que nous sommes, sur qui ils sont vraiment (les puissants de ce monde, par exemple), sur notre histoire et notre avenir collectifs. Et ce monde-là (le nôtre), n’est pas vraiment le théâtre d’opérations… d’une entreprise collaborative désintéressée.

Si la question que vous vous posez est idéologiquement sensible, si elle comporte une dimension polémique — ouverte ou non — ce que vous apprendrez chez Wikipedia ne saurait être autre chose que ceci : le reflet du rapport de force en vigueur — que pour mon compte j’appelle l’idéologie dominante. Au mieux, si cette idéologie est ouvertement contestée, vous entendrez l’écho d’une bataille sous-jacente. Mais… encore faut-il que les contestataires de l’idéologie dominante se donnent — et trouvent — les moyens de batailler sur Wikipedia.

Les batailles éditoriales qui agitent la rédaction de certains articles ne sont pas totalement invisibles au curieux. Ouverte est cette encyclopédie, indéniablement, dans une certaine mesure. Il «suffit» d’aller jeter un oeil derrière le premier rideau — visiter la page «discussion» d'un article sensible quelconque — pour se faire une première idée de ces batailles. Mais qui prend le temps de faire cela ?

J'ai passé sur les enjeux généraux de l’information, du pouvoir que confère l’information : de France Info (ou de Fun Radio), aux manuels d’histoire. Wikipedia, encyclopédie collaborative, ouverte, semble d'abord échapper aux règles de l’académisme et des mécanismes de l’autorité traditionnelle. Pourtant, les enjeux restent les mêmes : les éditeurs de l’encyclopédie ont vocation, eux aussi, à écrire l’histoire, pour des millions et des millions de personnes… Qu'en est-il vraiment ?

Les fondations «libérales» de Wikipedia

Wikipedia mérite, au moins formellement, le nom d’encyclopédie libérale. Pas «libertaire», libérale. J'ai bien dit. On le comprend en y regardant à l’énoncé des principes éditoriaux de l’encyclopédie. Je veux parler avant tout de la sacro-sainte Neutralité de Point de Vue (NdPV pour les intimes). À peu de choses près, quatre mots-clés gouvernent ici : «neutralité», «pertinence», «consensus», et «vérifiable».

S'il y avait une petite Théogonie à écrire ici avec ces mots-clés, — ou ces mythèmes3 — j’aimerais que Pertinence engendre Neutralité et Consensus. Mais non, ce n'est pas comme ça que ça se passe chez Wikipedia : ce seraient plutôt Consensus et sa soeur jumelle Vérifiable qui engendrent Pertinence et Neutralité. On verifie ?

La neutralité de point de vue est un des principes fondateurs (impératifs et non négociables) de Wikipédia que tous les articles doivent respecter.

Beau principe, a priori, que celui de neutralité. Non ? Dans le genre de ce que l’esprit libéral semble pouvoir faire de mieux. «Neutralité» évoque «tolérance», la tolérance à l'égard d’autres points de vue que le nôtre. On imagine un certain fair-play. Un bémol arrive cependant assez vite, lorsqu'on apprend qu'il s'agira de «présenter tous les points de vue pertinents, en les attribuant à leurs auteurs, mais sans en adopter aucun». Le principe de neutralité s’exercera donc de manière limitée, contrainte par le «principe de pertinence». Mais ici encore, on voudrait rester indulgent : comment, en effet, ouvrir la porte à tous les points de vue ? Cela semble absurde…4. Mais tout de même : qui décidera de la pertinence ? Comment ? Quels critères permettront de juger tel contenu pertinent, et pas tel autre ? Pour le moment, silence radio.

Wikipedia, nous avons un problème !

Puis d'un coup, l’horizon s’assombrit.

« Quand un sujet fait l'objet d'un très large consensus (dire que la Terre est ronde), il n'y a pas d'objection particulière à suivre cette vision consensuelle, et présenter une éventuelle vision alternative (la Terre est plate comme un disque) comme étant le fait d'une vision marginale — dès lors que le caractère minoritaire de la vision alternative est facilement vérifiable ».

Wikipedia n’est pas une encyclopédie parmi d’autres. Elle a, de fait, le monopole d'un savoir de premier niveau sur le monde, tout comme, à un niveau encore supérieur, Google a celui de la prime orientation d’homo numericus dans internet (et ce sans qu'il le sache vraiment). N’oublions pas, nous sommes ici aux pieds de véritables Golgots — de machines aux pouvoirs incommensurables et inédits. Ainsi, il n’est pas exagéré de dire qu'en lisant les principes qui règlent les activités d’édition de Wikipedia, ce que nous avons sous les yeux, c’est une sorte de déclaration des droits de homo numericus à la vérité. Qui l’a écrite ? Nous ?

L’exemple de la rotondité de la terre, exemple «extrêmement consensuel», est par là même tout à fait trompeur, qui laisse entendre que le travail de l’éditeur pourrait être réalisé par un enfant de huit ans. Ainsi, la Terre est ronde, nous sommes des êtres constitués de matière, l’économie est une science, les fantômes n’existent pas, etc. — autant de ponts-aux-ânes qui «risquent» d’être présentés comme des vérités consensuelles. A la fin de sa vie, le philosophe des sciences Edmund Husserl écrit un livre intitulé La Terre ne se meut pas. Qu’entendait-il au juste par là ?

«Consensus» ne veut pas dire autre chose, d'après le CNRTL que «l’accord de plusieurs personnes, de plusieurs textes dans un domaine déterminé»5. Plusieurs. Plusieurs ne peuvent-ils se tromper ? — Mais quoi, Wikipedia prétend-elle détenir la vérité ? Peut-être pas, mais encore faut-il le savoir. Cela n’est pas écrit, ni au fronton des articles, ni dans les principes de Wikipedia.

Ce qu'on tient donc pour critère, sinon de la vérité, au moins du savoir, chez Wikipedia, c’est en définitive, derrière le mot de consensus, sa force. Pertinence, fille de Consensus… Ainsi, « pas d’objection particulière à suivre la vision consensuelle », c’est implicitement l’autorisation pour les admins de Wikipedia de proscrire toute vision alternative à la vision consensuelle. Dans les faits, Wikipedia sera un gigantesque canal destiné à drainer une vérité for the people.

Contradiction dans les termes

Le message ayant été bien entendu de ceux à qui il est destiné, on va maintenant pouvoir proclamer le contraire, à destination cette fois de ceux qui, ingénus ou incrédules, voudraient encore ne pas croire à ce qu'ils viennent de lire. Car, assure-t-on, « la neutralité de point de vue consiste à présenter chaque point de vue pertinent avec la même distance ». Chose évidemment impossible, étant donné ce qui précède6.

Mais comme si la contradiction manquait encore d’éclat, on lira encore ceci :

« la NPDV interdit non seulement de prétendre qu'un point de vue est meilleur qu'un autre, c'est-à-dire de porter un jugement de valeur sur telle ou telle perspective, mais elle interdit aussi de prétendre que deux points de vue, voire tous les points de vue, se valent (ce qui serait porter un autre jugement de valeur, de relativisme généralisé) ».

Il est interdit de prétendre qu'un point de vue est meilleur qu'un autre.
Il est interdit de prétendre que deux points de vue se valent.

Wikipedia, nous avons un problème !7,8

Notes de bas de page:

1
Je laisse ces termes entre guillemets parce qu'aucun d’entre eux ne va réellement de soi, à part peut-être le terme «technique», si on le comprend dans un sens vraiment étroit
2
Je n’entre pas dans le détail de la manière dont cela pourrait se passer. Cela pourrait faire l’objet d’un atelier de Questionnement du monde…
3
Si ce mot ne vous évoque rien, regardez la définition de Wikipédia (en) plutôt que la française. La définition française passe sur le sens du mot auquel je fais allusion ici, qui est proche de celui de Jakobson, lequel l’utilise pour désigner des concepts ou des phonèmes qui ont moins de sens par eux-mêmes que ce qu'en indique leur usage sociologique.
4
Ce qui semble absurde ne l’est peut-être aucunement. Car dans le monde numérique, la «mémoire» n’est pas un problème. Il y a la place qu'on veut pour les points de vue alternatifs
5
Définition suivie de la remarque suivante, que je m’abstiendrai ici de commenter : « dans l'usage récent, consensus glisse vers la signification opinion ou sentiment d'une forte majorité ».
6
, A moins, bien sûr, d’avoir rejeté au préalable les autres points de vue existants comme non pertinents
7
ce n’est pas http://wikipediawehaveaproblem.com/ qui me contredira !
8
Je me ferai tout de même l’avocat du «diable», qui, comme on sait, est dans les détails. La contradiction pourrait se résoudre de deux manières. La première serait de considérer que les mots «valeur» prennent un sens différent dans leur première et leur seconde occurrences. Mais si les mots changent de sens d’une phrase à l’autre, autant aller à la piscine ! La seconde, plus fair play, serait de comprendre l’interdiction de prétendre comme une interdiction de proclamer, haut et fort, l’un ou l’autre de ces principes, et de les utiliser comme arguments (ce qui rencontrerat une autre interdiction, qui ne tardera pas à être invoquée à son tour, l’interdiction de recourir à l’argument dit d’autorité). Chacun gardant le droit de penser tout bas…